SLOGAN

 

Si Clémence et Nicolas avaient tout bien fait comme il faut, elle n’aurait pas plaqué ses études de droit pour faire de l’effeuillage burlesque, il n’aurait pas saboté son entrée au Conservatoire pour jouer du punk en Belgique. Ils ne se seraient pas non plus rencontrés sur un tournage comme Birkin et Gainsbourg, et ne partageraient pas le loyer d’un deux-pièces trop cher en centre-ville ainsi qu’un abonnement OCS.

Elle aurait voulu vivre dans un film de Jacques Demy et n’oublie jamais de faire des doubles nœuds à ses baskets pour chiller sur les quais. Après avoir refait 100 fois le test sur internet, c’est une vraie Gryffondor. Lui trouve l’issue du Retour du Jedi beaucoup plus élégante que celle du nouveau testament et passe tout son temps en studio. Il nourrit une peur panique des crevettes et n’entend pas grand chose aux mots en “isme”.

Le grand flippe d’échouer, de décevoir… le syndrôme d’imposture, SLOGAN s’en défait non sans mal en terrasse. Quand la crise d’angoisse pointe le bout de son nez, ils ne sortent plus les armes, mais les micros. En troquant les synthés made in Hollywood pour un piano timide, les beats trap pour une batterie 60’s et les infras pour une basse violon. Monter sur scène n’est plus un métier, juste un moyen de rencontrer l’autre et de s’endormir en souriant avec l’envie que Demain revienne. Pile au croisement entre Vincent Delerm et Lily Allen, c’est en duo que Slogan sort du fond de la classe pour parachever leur thérapie.

INSTAGRAM

 

 

 

 

DANILO

“On a tous.tes déjà croisé un petit peu de Danilo quelque part : il porte en lui l’essence d’une vedette de karaoké, mi-crooner,-mi-looser, accoudé au bar de l’hôtel-club. Du moins, c’est ainsi qu’il se définit. Mais à l’image de son rideau à franges irisées qui ne rate aucune de ses performances, il brille tout seul sur scène avec une aisance naturelle et un charisme évident. Outsider à la façon de son Tessin familial d’où il hérite son nom, Danilo arrive pourtant à mettre tout le monde d’accord : derrière sa dégaine faussement naïve et décalée se trouvent des textes sensibles et sincères sublimés par un son vintage dans lesquels chacun.e peut retrouver un bout de soi-même.

La sortie de son premier single “Bienvenue en enfer” en octobre 2023 marque sa fière entrée sur la scène pop francophone dont il s’empare avec un univers rafraîchissant et un brin punk. Suivra bientôt “LMQR”, un EP inspiré par l’attitude de Baxter Dury, la plume d’Étienne Daho ou encore l’énergie de Lescop et qui promet de s’incruster dans les bandes-originales de road-trips passionnés.”

INSTAGRAM

Share